Un Cœur en Or

(texte écrit par une élève de 1ère dans le cadre d'ateliers d'écriture menés au Lycée Albert Einstein de novembre 2019 à février 2020)


Je suis une personne qui adore plus que tout ses amis, sa famille. Mais ce qui me permet le plus de m'évader de mes problèmes, ça reste mes passions : les chevaux, les voitures sportives et les motos.

Une de mes plus grandes passions, c’est le drift : une activité avec une voiture sportive et un peu modifiée. Le drift peu paraître facile à faire mais en fait c’est tout une maîtrise – même si certaines personnes n’aiment pas car les gens pensent que c’est hypocrite.

Pour moi une c’est des plus belles choses qui existent.



Pour moi, Montluçon, c'est toute mon enfance. J’y suis né donc j'aime beaucoup cette ville - même si je trouve qu’elle était mieux avant.

Aujourd'hui il y a trop de personnes qui font n'importe quoi.

Malgré tout, cette ville représente beaucoup pour moi car j'ai de précieux souvenirs ici.
Même si ce n’est pas que des bons souvenirs.


Je me rappelle quand mon père est parti de chez moi. Il s'est fâché avec ma mère et ma mère n'en pouvait plus. Alors elle l'a mis à la porte. Quand j’allais le voir, je devais m'occuper seule de lui parce qu’il boit trop. Aujourd'hui c'est la chose qui m’a fait le plus mal et me fait toujours aussi mal.

Mon père c'était tout pour moi et il me manque beaucoup trop.


Le mercredi 4 décembre j'ai rencontré Madame Vincent une belle personne âgée. Cette femme avec un cœur en or, très à l'écoute, s'est livré à moi en me racontant son passé sa vie actuelle.

Madame Vincent m'a raconté que, plus jeune, quand elle travaillait, on utilisait surtout le vélo comme transport. Il n'y avait pas de voitures. Donc les personnes de Montluçon étaient obligées d'aller au travail ou de se déplacer comme ils pouvaient.

Elle m'a raconté qu'il y avait souvent des malades mais pas beaucoup de médecin. Et que, malgré tout, les personnes allaient quand même travailler.

Elle m'a dit pour finir Montluçon était une ville avec un grand nombre d'usines mais que, malgré ce grand nombre, c'était une ville tout aussi belle qu'aujourd'hui.



Emma