Produits acides

(texte écrit par un élève de 1ère dans le cadre d'ateliers d'écriture menés au Lycée Albert Einstein de novembre 2019 à février 2020)


Je m’appelle Logan Abadie, et la chose la plus importante pour moi, c’est le respect et le souvenir.

Montluçon, pour moi, c’est une ville oubliée, malgré son passé important.

Par rapport à là d’où je viens, c’est une grande ville très agréable avec certes pas mal de défauts. J’aime bien cette ville car j’y fais mes études. Les magasins sont à disposition. Il y a pas mal d’activités à faire. Mais les gens y ont parfois une sale mentalité. Par exemple, les patrons de certains magasins ne sont pas pour aider les personnes handicapées.


Quand je pense à Montluçon, je vois une ville pleine d’histoire car avant il y avait un regroupement d’usines pour les matières premières qui se sont raréfiées avec le temps. Je vois également un centre ville vivant et bien entretenu contrairement à d’autres quartiers.


Nous avons deux visites à la maison de retraite Domitys, où avons rencontré un groupe de personnes âgées. J’ai beaucoup apprécié la première rencontre car une personne est venue nous expliquer l’histoire de Montluçon. Grâce à son intervention, je sais pourquoi Montluçon était une ville industrielle du fait de la présence de matières premières dans la région.

La construction la plus connue c’est le canal de Berry. Il fut creusé en 1911 et fermé en 1962. Il servait à transporter les matières premières de Saint Amand Montrond à Montluçon.

J’ai aussi appris que notre établissement était une usine de produits acides. Actuellement, il ne reste que quelques charpentes en bois au niveau de l’internat et des salles de cours. L’utilisation du bois et non du métal est due au fait de l’activité de l’usine. En effet, l’acidité des produits aurait fragilisé la structure en métal.

La façade, elle est restée à l’identique.


Logan