Les ateliers

COLLÈGE JEAN JACQUES SOULIER (2019-2020)

Claire Vaillant

Pour ma part je travaille avec une classe de cinquième sur l’ancien camp de Villars. Des Anciens qui ont grandi dans ces baraques en bois témoignent à plusieurs voix leurs histoires dans cette ville. Les élèves de leur côté produisent des objets artistiques liés directement à leurs histoires familiales : récits écrits, vidéos, enregistrements de leurs parents ou grands-parents. Je leur apprends d’anciennes chansons de Montluçon qu’ils chanteront au MuPop pour la Nuit des musées.




LYCÉE EINSTEIN

Fabien Granier

Avec une quinzaine d’élèves du Lycée Einstein (1re Maintenance des Véhicules et Réparation des Carrosseries) en partenariat avec la professeure de français et la documentaliste, j’ai mené une série d’ateliers d’écriture autour de l’histoire industrielle de Montluçon - ateliers autour desquels ils ont été amenés à rencontrer des résidents de Domitys, la maison de retraite située de l’autre côté de la route par rapport à leur lycée. L’idée c’était de provoquer la rencontre, de faire voir ce que ces vies - jeunes ou moins jeunes - ont à nous apprendre sur nous-mêmes, sur notre ville, sur notre histoire et notre avenir... Faire battre les cœurs et les écouter battre.






ÉCOLE RACINE

Catherine Thoyer

J’interviens dans une classe CE1/CE2 (atelier de familiarisation avec l’écriture) et auprès d’un groupe de parents et leurs enfants sous forme orale (prise de note, enregistrements) de l’école Jean Racine. À travers nos rencontres et prenant l’école comme point d’ancrage s’esquisse une géographie poétique du quartier. Le raconter et le partage dé-formate la perception de la ville et la redéfinit selon des vécus échangés. On peut ensuite pourquoi pas en ré-écrire l’histoire ensemble.




LYCÉE PAUL CONSTANS / CLASSE FRANÇAIS LANGUE ÉTRANGÈRE DE LA MJC

Sarah Patier Kangni

On connait tous des héros. Une grand-mère victorieuse du cancer, un grand-père légende du sport, un copain qui aide les autres, une maman née sous les bombardements. Ils nous inspirent. Que ferions-nous à leur place ? Sommes-nous maitres de notre destin ? Si mon pays n’avait pas connu la guerre, en serais-je parti ?
Ce projet nous rappelle ce que la mythologie n’est pas : un vrac de légendes antiques imaginaires. Tout est sous nos yeux en permanence depuis toujours. Regardons ici autour de nous, interrogeons nos voisins de toujours sur leur pays d’origine, nos grands-parents sur leurs combats passés. Ces récits inspirent. Nos héros sont là aussi.



Philippe Busser

(Photographe/metteur en sons du projet)


Ma démarche consiste à revisiter, re-contextualiser des événements, des parcours, des modes de vie, pour les comprendre en tant qu’adulte. Photographier et enregistrer me donne la permission de réfléchir à mes expériences ; et ce faisant, de saisir les aspects culturels de ma ville natale. Naviguer dans ces vastes systèmes de pensées, structurels et sociaux, qui font société, m’aide à comprendre.