La plus belle ville du monde...

(texte écrit par un élève de 1ère dans le cadre d'ateliers d'écriture menés au Lycée Albert Einstein de novembre 2019 à février 2020)


Le plus important pour moi dans la vie c'est la famille. C'est la meilleure chose qui existe. Je passe des moments formidables avec eux en faisant des sorties superbes et on sera toujours soudés quoi qu'il arrive.

*

Je vis à Montluçon parce que je n'ai pas le choix pour le moment, mais très bientôt je vais retourner vivre dans ma ville de naissance : Paris – qui est la plus belle ville du monde.

Montluçon est une ville triste, il n'y a pas grand chose à faire. Pour moi qui vient de Paris – qui est une ville sublime (il y a tellement de choses à faire de grands magasins, de grandes salles des fêtes, de cinéma, des salles de jeux et je peux en dire tellement encore) – Montluçon est le contraire de tout ça.


Il n'y a rien à faire, ici, une fois qu'on a fait le tour. Il y a seulement des petites fête foraine et des aires de jeux qui viennent se poser dans la ville. Comparées à celles de Paris, c'est vraiment médiocre. Peut être que Montluçon est une petite ville sympa pour y venir en touriste – si on s'intéresse un peu à l'histoire de cette ville. Mais sinon, pour y habiter c'est pas top.

Pour moi Montluçon c'est une ville petite moche, ennuyeuse et peuplée majoritairement de blaireaux. Souvent, quand je croise des gens que je connais – que ce soit des connaissances des voisins – au lieu de discuter, de rigoler ensemble, ces gens me tournent le dos sans même me dire bonjour.


*

Marguerite est née en 1936 dans la ville de Montluçon. Elle a vécu une partie de sa vie orpheline. Elle n'a pas connu son père qui est décédé bien avant sa naissance et elle a perdu sa mère à l'âge de 6 ans. Donc elle a fini par être élevée par ses grands-parents. Son mari est décédé d'un cancer des poumons.

Toute sa vie, Marguerite a travaillé dans des usines de couture pour créer tous types de vêtements. Elle m'a raconté que ce travail était assez fatiguant et qu’elle était très mal payée. Elle a aussi connu la guerre. Cette période était horrible pour elle. Son mari, à cette époque, travaillait dans les mines. Il était aussi par conséquent mal payé. Il revenait fatigué du travail mais pouvait se détendre avec ses amis dans un bar à côté. Il jouait même au baby-foot – d'après ce qu'elle m'a dit.

Marguerite m'a aussi affirmé que Montluçon était plus propre avant que maintenant. Le Cher n'était pas pollué.

Elle m'a dit aussi qu’elle préférait la vie d'avant dans le sens où il n'y avait pas toutes les technologies qui enferment les gens sur eux-même, maintenant.

Au niveau de sa famille elle m'a dit que ses neveux et nièces habitait à Paris, que son frère habitait au Canada et ses deux sœur en Autriche. Parfois elle a de la famille qui vient lui rendre visite mais maintenant elle vit toute seule, sans famille. Mais elle s'est faite des bons amis en maison de retraite.

Elle m'a aussi dit que Montluçon était une ville ennuyeuse. Qu’il n'y a rien à y faire. Que c'était bien de la visiter, mais qu’il ne faut pas y vivre.

Sur le coup je suis totalement d'accord avec elle. Moi qui vient de Paris, je compte retourner vivre là-bas.

En tout cas j'ai été très content de parler avec cette dame nous avons même pu prendre une photo souvenir à la fin.

Je souhaite beaucoup de bonheur à Marguerite car après avoir vécu une partie de la guerre et quelques moments d'horreur, elle le mérite.

À Montluçon je souhaite qu'elle devienne plus attractive, qu’il y ait des restaurants, des cinémas, et des attractions qui s'installent.

Picsou (Rémi Normand)